compte rendu : UTMB 2011 du 02.09.2011 de Christophe

Cette année, nous sommes trois ND2 à participer à cette course : JP, Fred et moi, Laurent étant excusé pour cette fois. razz
Direction Chamonix avec Fred Vendredi matin , pour moi comme pour Fred, la nuit à été courte, sûrement le stress d’avant course. lost
Arrivée sur place, petit tour au salon, fred retrouve quelques connaissances du challenge Hero, dont une personne qui l’habillera en vêtement technique pour l’année, c’est beau d’être une star. lol
Première étape, retrait des dossards, un peu de stress quand même, cette année contrôle des sacs et leur contenu avec des vêtements supplémentaires, fred à oublié son buff, je lui passe le mien, moi j’ai la casquette, c’est pareil, pour moi, je présente mes gants hautes technologies super étanches mais pas du tout réspirants : les MAPA ,super pour la vaisselle mais pour l’UTMB, j’sais pas, enfin le 1ere étape est franchie, on a les dossards. lol
Nous retrouvons alors Yann qui en a fini avec sa TDS, repas en commun, Yan est bien cuit, mais bon, après 120 km.
Nous laissons Yann aller se reposer et retrouvons JP , sa fille Line et Olivier, le malchanceux du tirage au sort de la CCC. ( Olivier, un an, ça passe vite, commence à t’entraîner pour 2012) wink
Direction Argentière ou notre président a encore tout prévu, gîte parfait, au ptit oignon quoi. biggrin
On tente une petite sieste, mais les sonneries de nos portables ne nous permettront pas de nous assoupir. De plus, le stress, la pression d’avant course commence à faire leur effet, sad alors pour oublier un peu la course, on aborde d’autres sujets , nous en venons naturellement à parler de nos 103 SP ( certains comprendront) lol finalement, on finit à la cuisine avec un bon café offert par notre président.
Aussi, nous savons déjà que la course sera perturbée par la météo, départ décalé à 23h30 au lieu de 18h30, le temps de laisser passer le gros de l’orage, et fin de parcours modifié , pour cause de barrière horaire.Vallorcine> Chamonix par fond de vallée en passant par Argentière. mad
Donc, pas de tête aux vents et Flégère cette année, plus que 156 km et 8400 +, comme les premières versions de l’UTMB.
On se dit qu’on en aura bien assez quand même et qu’on leur en veut pas trop. biggrin
21H00,c’est l’heure de se changer, dehors, pluie, froid , le top quoi ! eek
Direction Chamonix pour le départ, sur place, on se met avec JP dans les 300 pendant que fred rentre dans les 50 du SAS élite, N°34 oblige gagné l’an dernier. wink
23H30,consigne de sécurité avant le départ , doutes, excitations et enfin, après toute cette attente sous la pluie, c’est parti pour la GRANDE COURSE. lost
Je suis avec JP pendant le premiers km, il faut forcer un peu l’allure pour se placer tout de suite, chose que je n’avais pas fait l’an dernier, pour se sortir de la masse.
En effet, jusqu'à ST Gervais, km21, c’est assez fluide, ce qui rend la descente moins dangereuse que prévue malgré la pluie.
St Gervais, 2H30 de course, 183ème, je retrouve Fred , on s’échange deux trois mots et je le laisse s’éloigner, préférant faire ma course.JP arrivera quelques minutes après mais décidera en vieux sage qu’il est, de stopper l’aventure ici, aux vues des conditions exécrables. evil
En effet, JP est là pour faire une course, qu’il a déjà faite et finie, moi , c’est ma course de l’année, tout ce que j’ai fait avant , c’était pour l’UTMB, les motivations sont donc différentes.
Je continue ma route, les Contamines km 31, la pluie s’est arrêtée depuis un petit moment, mais on peu dire que nous nous sommes bien fait arrosé pendant les 3 premières heures de course .Le surpantalon et la veste m’ont bien protégé, je suis au sec à part les mains qui commencent à refroidir, Mapa, ça le fait pas. sad
La route s’élève jusqu’au refuge de la croix du bonhomme à 2443m, j’arrive à 6H00 le Samedi, après 6H30 de course, il faut rester vigilant, la neige, le froid et le verglas sont présent, mais déjà, le ciel s’éclaircit, peut-être la fin du mauvais temps. rolleyes
Aussi, ces conditions difficiles me plaisent, j’ai toujours préféré le froid à la chaleur, là, je suis gâté. lol
Descente sur les Chapieux, km 50, 188ème, 10 minutes d’arrêt, je quitte la veste et le surpantalon. Sur le ravitaillement, soupe ,café, cake, je déjeune quoi. Je repars et sur cette longue route goudronné, les sensations sont bonnes, sans plus, mais je continue à garder le frein à main, la route est encore longue… sad
Il me faudra 2H10 pour rejoindre le col de la Seigne à 2500m, pluie et neige nous accompagnent de nouveau la haut avant que le ciel ne s’éclaircisse par la suite , c’est vraiment très glissant. Ma position varie peu, toujours autour des 200.
Descente sur la lac Combal, en bas, il faut courir car on peu vite perdre du temps sur cette portion roulante. ill
Encore une ascension à passer, Arête Mont-Favre, 2435m, avant de descendre sur le col Chécrouit puis dans la foulée, descente sur Courmayeur.
C’est dans cette descente que ma première douleur va apparaître, genou droit sur le côté, sûrement un début de tendinite. evil
Courmayeur, km 78, 12H20 de course, 216ème , premier gros arrêt. Je récupère mon sac, je m’assois pour la première fois, changement de tenue, short, casquette, nouvelle chaussette, pommade sur les pieds, je perce une ampoule, puis premier gros repas, pâte évidemment , compote, etc. smile
Dans mon esprit avant le départ, je m’étais dit que c’est ici que la course commence vraiment. eek
Aussi, j'apprendrai plus tard que c'est ici que Fred abandonnera,
plus de jus, vidé,sûrement dû à un mois de Juin surchargé. eek J’ai l’impression que je suis un peu entamé, avec déjà, une douleur. Mais bon, je ne suis sûrement pas le seul.
Après 28 minutes d’arrêt, je repart pour gagner le refuge Bertone et dans la foulée, le refuge Bonatti. Mauvaises sensations, je ne suis pas au mieux, la douleur s’installe dans le genou, c’est le début de l’après-midi, il fait chaud, vivement cette nuit. mad
Refuge Bonatti, il est 15H00, donc 15H30 de course, 199ème , ça va pas fort, une charmante personne de la croix rouge me donne deux Doliprane pour la douleur et de la pommade pour mon genou. evil Pour finir, c’est ici que j’apprends par un autre coureur, qui lui, regarde son portable de temps en temps, que le parcours à évolué suite à un gros orage sur Bovine.( le poste de ravitailllement a été détruit)
Fini les 156 km et 8400+, maintenant , c’est 170 km et 9700+, Bovine est remplacé par Martigny , la distance entre Champex et Trient représente 5,6km et 690+ supplémentaires. confused
Descente sur Arnuva, km95, 206ème je suis toujours dans le dur, je pense même au pire en me disant que si je vois une connaissance à cet endroit, il faudra peut-être envisager un arrêt définitif. sad
Finalement et heureusement ,personne, ou si, une Australienne qui se ravitaille en même temps que moi. Je serai bien resté plus longtemps, mais j’ai peur de sortir de ma course… biggrin j’entame alors l’ascension du Grand col Ferret à 2537m. Bizarrement, je monte bien, je reprends du monde, le moral revient, il fait plus frais, je suis bien. rolleyes La haut, ça souffle très fort, le froid est présent, je m’attarde pas et bascule rapidement, en maillot court, c’est quand même juste.
C’est parti pour la descente direction la Fouly, 1H23 de sensations uniques, je reprends énormément de monde, j’ai plus mal nul part, je me sens frais, la plupart des coureurs me regardent bizarrement, j’ai l’impression d’avoir pris un relais et de commencer une course. rolleyes
Cependant, je fais attention à ne pas me laisser gagner par l’euphorie. L’ultra, c’est compliqué, quand t’es pas bien, faut être patient et attendre que ça revienne, quand t’es trop bien, faut se freiner car ça ne durera pas, et attendre, inévitablement, le prochain coup de moins bien, le plus tard possible quand même. lost
La Fouly, km110, 149ème, j’ai repris 57 places depuis Arnuva soit sur 15 km. cool
Je pointe juste devant Jérôme Béréziat, un trailer bressan bien connu de tous. On s’échange quelques mots. Il me dit qu’il va s’arrêter un petit peu ici, apparemment, il a une belle assistance avec lui. Moi aussi, côté assistance, je ne suis pas en reste, JP, Line et Olivier m’ont retrouve à la Fouly. JP deviendra mon assistant de luxe et sera présent à tous les ravitaillements jusqu’au dernier. lol
Je repars, je suis toujours bien, je cours sur le plat à bonne allure et me surprend à passer les petites bosses en courant. Le genou reste douloureux mais c’est supportable, de plus, je double encore beaucoup de monde, alors, on pense moins au mal.
Champex-Lac, km 124, 106ème , je retrouve de nouveau la famille Robin, je suis pris en charge, c’est le top. cool Je m’assois pour la deuxième fois, en effet, à cet endroit, deuxième gros ravitaillement .15 min. d’arrêt, je repars à 21H00. De plus, JP m’annonce qu’ Olivier finira la course à mes côtés, soit les 46 km restant. Je suis content, je trouverai la deuxième nuit moins longue. lol
Je gagne Martigny deux bonnes heures plus tard, ca va, les voyants sont toujours aux verts.
J’ai conservé la tenue légère , il fait bon, la compagnie d’Olivier me fait du bien, on discute, c’est cool. J’avance toujours bien, nous reprenons constamment du monde. Sur le plat et dans les descentes, ça ne court plus ou rarement , alors je me fais plaisir, un Grecque, un espagnol et même un petit Suisse. biggrin
Martigny, 77ème , je commence à réaliser que je viens de basculer dans les 100 , je ne veux pas m’emballer, mais depuis Champex, je sens qu’il se passe quelque chose, être finisher n’est plus mon ambition première, maintenant, c’est le classement qui m’intéresse. rolleyes
Direction Trient et une grosse ascension, c’est très raide, les forces me lâchent dès le début, je ne suis pas au mieux. Avec Olivier, nous resterons dans cette difficulté avec un Suisse et un Anglais qui m’a l’ai costaud. Pour la première fois depuis longtemps, je ne pourrai pas doubler, je m’arrête régulièrement en appui sur mes bâtons, je n’ai plus d’énergie, l’envie de dormir se fait ressentir.Olivier ne peu pas faire grand chose pour moi, mais il constate que je suis sec. Je m’accroche, et me hisse au sommet pour basculer sur Trient ill . Dans la descente, le genou devient vraiment douloureux, le mal s’étant déplacé sur la rotule. evil
Trient, km 145, 71ème, 9 minutes d’arrêts, je prends le temps de bien me ravitailler, soupe, café, resoupe, cake, JP et Line sont toujours là à 1H30 le Dimanche matin, il m’encourage à chaque fois, ça fait du bien, j’en est bien besoin. lol
Prochaine étape, Catogne, encore une belle grimpette, nous repartons avec Olivier et nos compagnons du jour , notre ami Anglais mène l’allure 5 minutes et bizarrement , je retrouve la forme, le grosse forme même, je décide de passer devant, nos montons à bonne allure. eek
En quelques minutes, nos deux amis sont loin derrières, enfin, je reprends ma marche en avant. biggrin
Catogne, 63ème, j’ai encore repris du monde, ça fait du bien au moral.
Descente sur Vallorcine, le genou coince vraiment, mais j’arrive encore à courir. J’aperçois au loin des frontales, on sera vite sur eux.
Vallorcine, km 154 , 60ème , 5 min. d’arrêt, JP et Line sont toujours là, retour par le fond de vallée via Argentière.
Je dis à Olivier de me prévenir quand la route est plate pour que je cours. confused
En effet, j’ai du mal à distinguer les faux plats montants qui m’achèverons si je ne suis pas vigilant.
Argentière, km 162, 61ème, dernier ravitaillement, ça sent bon l’écurie. Tiens, j’ai perdu une place, sûrement pendant le ravitaillement. mad
Direction Chamonix, il reste 7 km que je trouverai interminables. Un chemin vallonné avec de gros cailloux . Je reprends quand ma 60ème place, j’y tiens. razz
A 5H00 du matin, quelqu’un vient à notre rencontre. Laurent , mon fidèle compagnon d’entraînement nous ouvrira la route jusqu’à Chamonix. biggrin
On discute, on discute, je pense ma place acquise, te temps étant secondaire pour moi.
Aussi, en se retournant, Laurent m’annonce une frontale qui revient. Il reste 1 km, on me dit qu’il se met à courir. Cette 60ème place, je la veux, je cours donc à bonne allure pour le laisser à distance et le décourager. Dans les rues vides de Chamonix, dans le doute, j’allume fort pour finir cette UTMB en négative split. eek
Nous sommes Dimanche, 6H30, je termine mon premier UTMB en 31H01 à la 60ème place. lol
Michel Poletti m’accueille, on discute un peu et je récupère ma veste finisher.
JP et Line sont toujours là, Olivier qui vient de passer la nuit avec moi, s’est fait une belle sortie longue. Tout le monde à l’air heureux, Laurent, lui à sûrement déjà la tête ailleurs… lost
Alors, mille remerciements à Olivier pour m’avoir accompagné durant cette seconde nuit, à JP et Line d’avoir été présent à tous les ravitaillements depuis La Fouly et à Laurent , qui à 5H00 du matin, vient finir avec moi mon premier UTMB.
Pour finir, un grand merci à tous ceux qui m’ont soutenus à distance et suivi la course
devant leur pc ( ma chérie, les ND2 , famille, amis), ou par sms. (Yann champion du monde de sms) et à tous les messages de félicitations d’après courses.
Tof a utmb 2011 au petit matin
Tof a utmb 2011 au petit matin
Tof a utmb 2011 au petit matin
Tof a utmb 2011 au petit matin
Tof a utmb 2011 au petit matin
Tof a utmb 2011 au petit matin
Tof a utmb 2011 au petit matin
Tof a utmb 2011 au petit matin
Tof a utmb 2011 au petit matin
UTMB2011 de Christophe
UTMB2011 de Christophe
UTMB2011 de Christophe
UTMB2011 de Christophe
UTMB2011 de Christophe
UTMB2011 de Christophe
UTMB2011 de Christophe
UTMB 2011 de Christophe
UTMB 2011 de Christophe
Commentaires




Qui : Karma
Date : 12.09.2011
Commentaire : C'est un bonheur que de te lire Christophe, quelle lucidité et quelle maîtrise Aller au bout de l'UTMB dans de telles conditions est un exploit, et tu as su y mettre l'art et la manière. Vivement que tu nous raconte celà de vive voix. Chapeau bas Monsieur Christophe Laurent

Qui : denis
Date : 09.09.2011
Commentaire : Oups la j'avais zappé les photos de JP. Les voila en ligne.

Qui : Philippe
Date : 07.09.2011
Commentaire : Salut Christophe et félicitations pour cette incroyable aventure...BRAVO et BRAVOS Tu as effectivement géré ta course d'une manière impressionnante et tu as gardé une grde lucidité pour te souvenir de certains détails afin de nous compter cette aventure avec brio Ce fut un plaisir de te suivre sur le net et de te lire ensuite.ça donne envie MERCI

Qui : benjamin
Date : 05.09.2011
Commentaire : Félicitations a toi , encore un gros moteur et un mental de feu sur une épreuve de folie respect pour ton chrono ça envoie du bois

Qui : Franck
Date : 05.09.2011
Commentaire : Sincères félicitations Christophe.Bonne récup.

Qui : Samuel
Date : 05.09.2011
Commentaire : Super récit une trés belle course avec un résultat impréssionnant Grandiose

Qui : Pierrot
Date : 05.09.2011
Commentaire : Quel plaisir de te lire ! Une belle préparation et surtout, une superbe course ! Chapeau Christophe !! Bonne récup et on te suivra l'année prochaine !! Pensons maintenant à Laurent pour le Tor des Géants !!!

Qui : yann
Date : 04.09.2011
Commentaire : trop fort!quelle gestion!!!vraiment un grand bravo à toi bonne récup!

Qui : laurent
Date : 04.09.2011
Commentaire : C'est pas la classe . Une course gérée de main de maitre, terminée dans les rues de Cham à 16km/h . Encore Bravo. quelques photos des derniers Km et de l'arrivée.

Qui : Raph
Date : 03.09.2011
Commentaire : Que d'aventure cet UTMB à travers ton récit! Un grand bravo pour ta course et surtout bonne récup! A +

Qui : véro
Date : 02.09.2011
Commentaire : Un immense bravo pour ton premier UTMB qui n'est certainement pas le dernier!! Félicitations pour ton courage et ton mental ! A bientôt pour te féliciter de vive voix!

Qui : jp-
Date : 02.09.2011
Commentaire : Salut Christophe , j'ai eu un problème avec les photos, j'ai tout envoyer a Denis qui va faire le nécessaire,encore bravo a toi, pour finir une course comme ça il faut se faire violence

Qui : karim
Date : 02.09.2011
Commentaire : Salut Christophe , Que dire ? Tout simplement encore un très grand BRAVO à toi !!! A bientôt !!!